Qu’est ce qu’un outil parfait ? La réponse à cette question est différente pour chacun d’entre nous, néanmoins, on peut assumer que cet outil est simple à utiliser, il réalise la tâche qu’on lui demande, il est efficace. Il est intuitif à tel point qu’il devient une extension de nous même. Il se fait donc oublier et s’efface totalement derrière sa fonction.

Le design de cet outil est un design invisible, c’est un design qui place la fonction au premier plan, pour permettre une expérience d’utilisation parfaite.

 

Pour réussir à atteindre cette ultime expérience d’utilisation, certaines méthodes peuvent être utilisées. La simplicité peut être l’une d’elles. Elle est l’un des principes fondamentaux du design actuel car porteuse de plusieurs avantages :

 

  • elle est rassurante;
  • elle est reposante;
  • elle fait gagner du temps.

 

Ces avantages font échos à des problématiques actuelles telles que la complexité de notre vie quotidienne, la vitesse et la surenchère de l’informations qui nous entoure etc.

 

La simplicité évacue ces problématiques le plus possible, nous rendant la vie plus facile et plus calme.

 

« Je pense qu’il y a une beauté profonde et durable dans la simplicité ; dans la clarté et l’efficacité. La vraie simplicité c’est beaucoup plus que la seule absence d’ornements ou d’encombrements. La vraie simplicité, c’est apporter de l’ordre à la complexité »

Jonathan Ive – 2013

 

Qu’il s’agisse d’un outil, d’un objet, d’un site web, d’une voiture ou même d’un style de vie, il sera toujours bénéfique de réaliser un travail de simplicité en amont sur ces différents supports pour fournir une meilleure expérience aux usagers.

 

Mais la simplicité est un travail à effectuer avec précaution. Il est essentiel de ne pas confondre simplicité et simplisme.

 

Simplicité et Simplisme

 

Rendre un objet simple, c’est enlever ce qui est évident et rajouter ce qui a du sens. Rendre un objet trop simple, c’est prendre le risque de perdre une partie du sens de cet objet, c’est lui permettre d’avoir un propos simpliste et donc de tomber dans la médiocrité.

La simplicité refuse la médiocrité et les compromis. Elle cherche à atteindre son but efficacement sans détériorer la nature propre de l’objet en question.

 

« La simplicité signifie la réussite d’un maximum d’effets avec le minimum de moyens. »
Koichi Kawana

 

John Maeda fait partis de ceux qui ont travaillé sur la simplicité. Célèbre Webdesigner, il est entre autre passé par le MIT et a développé au fur et à mesure des années une réflexion sur les différentes manières d’atteindre la simplicité dans n’importe quel domaine. Ce qui l’a amené à établir une liste de 10 clés de la simplicité.

 

 

q-a-john-maeda-risd-president-and-steam-advocate
John Maeda
 

La simplicité selon John Maeda

 

 

Selon John Maeda, il existe 10 lois sur la simplicité :

 

  • Réduction
  • Organisation
  • Temps
  • Apprentissage
  • Différences
  • Contexte
  • Émotion
  • Confiance
  • Echec
  • Loi cardinale 

 

Réduction

C’est l’évidence, la base de la simplicité. Pour simplifier un système il faut d’abord procéder par une réduction méthodique des éléments. La réduction méthodique consiste à peser la simplicité que l’ont veut atteindre contre la complexité nécessaire de l’objet en question.

 

Faites une liste de tous les paramètres et éléments de votre système/objet/outil, trouvez un système de classement qui vous aidera à définir quels sont les paramètres essentiels et quels sont ceux dont on peut se passer.

 

L’objectif est d’élaguer les détails inutiles. Vous pouvez aussi masquer les éléments points importants mais néanmoins indispensables. Le plus important est de mettre en avant ce qui fait la raison d’être de votre objet, et d’occulter le reste. Comme il ne reste que l’indispensable, celui-ci doit être parfaitement mis en valeurs, il doit attirer l’œil pour qu’on ne voit que ça, réduisant l’objet à sa fonction première.

Organisation

Une fois qu’on a réduit le système au maximum, il faut organiser le reste.

 

« Avec de l’organisation, un ensemble composé de plusieurs éléments semble plus réduit ».

 

Il faut donc prioriser les éléments, les agréger en catégories pré-établies pour concevoir une hiérarchie simple à comprendre et donc à parcourir. En rendant cette hiérarchie simple, on gagne aussi du temps.

Temps

La loi de Hick, ou de Hick-Hyman, nous dit que chaque choix ou paramètre supplémentaire augmente le temps nécessaire pour assimiler un système ou prendre une décision. La loi de la Réduction fonctionne en parallèle avec la loi du Temps.

 

« En économisant son temps, on a l’impression que tout est plus simple ».

 

En réduisant la complexité d’un système on gagne en simplicité, et on gagne du temps par la même occasion. « Économiser son temps c’est réduire le temps perdu ». Si un utilisateur cherche un outil pour réaliser une fonction spécifique, il va se tourner vers le plus efficace d’entre eux, il doit être simple autant par sa forme que par sa rapidité d’utilisation.

Apprentissage

Dans notre vie de tous les jours, nous sommes entourés de codes et conventions établis par nos pairs, que ce soit dans les comportements ou les objets. Ces codes sont là pour nous rendre la vie plus simple. En perpétuant une habitude familière, on renforce ce comportement, le rendant instinctif.

 

Si vous achetez un livre, vous allez naturellement l’ouvrir par la gauche et lire vers la droite. Il n’y a pas besoin de vous donner d’indication quand au sens de lecture du livre, car ce sens est une convention culturelle. On remarque ainsi que lorsqu’un livre se lit dans l’autre sens (comme un manga), une indication est nécessaire pour signifier au lecteur ce sens de lecture inverse. C’est une information supplémentaire, dont on pourrait se passer, si l’on utilisait un sens de lecture nationalement établi.

 

« la connaissance simplifie tout »

 

Se rapporter à des codes lors de la conception d’un système permet a l’utilisateur d’avoir une expérience instinctive de celui-ci. En confrontant celui-ci à un cadre connu, on simplifie cette expérience d’utilisation. Utiliser des codes et conventions simplifie aussi la création de l’objet ou du système.

Différences

La simplicité et la complexité ont besoin l’une de l’autre. Il n’est possible de simplifier les choses que dans un contexte déjà complexe. Plus la complexité est présente, plus la simplicité ressort. Ne cherchez donc pas à simplifier un système qui l’est déjà s’il n’y a aucune raison de le faire.

 

« Sans complexité, la simplicité ne peux exister. »

Contexte

« Ce qui se trouve à la périphérie de la simplicité n’est absolument pas périphérique »

 

Ce que veut dire John Maeda avec ces mots c’est que les détails périphériques d’une conceptions comptent dans la perception que l’on a de celle-ci. L’identité d’un objet est fortement influencée par son entourage.

 

Si vous entourez un texte d’un énorme espace blanc/vide, le lecteur lui portera plus d’attention, lui prêtant une grande importance. C’est instinctif (voir La relation figure/fond).

 

Le travail de simplification d’une composition, d’un objet ou autre, passe avant tout par une réflexion autour de son contexte, de son environnement, de son espace de vie.

Émotion

La simplicité a tendance à créer des objets froids, et des concepts sans âmes. Mais l’être humain a besoin d’émotions. Il n’est donc pas surprenant de voir apparaître des coques de téléphones personnalisées, des thèmes colorés pour vos écrans etc.

 

Cette règle n’est pas un principe inamovible de la simplicité, c’est un rappel. Un rappel que quelque soit votre travail, quelque soit l’objet de votre conception, celle-ci est faite pour des êtres humains.

 

Une conception simple ne doit pas devenir froide pour autant. Rappelez vous que la puissance émotionnelle d’une conception est votre meilleure alliée. Trouvez la corde sensible qui rendra votre travail attirant tout en gardant une simplicité technique.

Confiance

« Dans la simplicité nous avons confiance. »

 

Ce n’est pas une règle de simplification. C’est un argument en sa faveur. Il est bien plus rassurant de n’avoir que 2 choix à faire sur un formulaire, plutôt que 30. Insuffler de la simplicité dans un objet, un site web ou une affiche le rendra non seulement plus efficace, mais il sera aussi beaucoup moins anxiogène pour votre audience.

Échec

Il y a des choses que l’on ne peut pas simplifier. Parfois il faut accepter cet état de fait, et passer à autre chose au lieu de perdre son temps dans une quête impossible de simplicité. Il est possible que la simplification ai déjà été faite et qu’un 2ème passage rende votre travail simpliste.

Loi cardinale

La loi cardinale résume l’essence de ce que doit être la simplicité : le retrait de l’évident, et l’ajout du pertinent.

 

Lorsque que vous concevez un objet, évaluez tous les détails, en essayant de déterminer ce qui est indispensable de ce qui l’est moins. Quelles sont les caractéristiques fondamentales de cet objet, de ce site ou de ce logo ? Ensuite trouvez ce que vous pouvez lui apporter pour renforcer son efficacité tout en préservant sa nature.

 

Seule une évaluation et une compréhension profonde de ces éléments vous permettront d’atteindre une grande simplicité pour obtenir un produits final efficace.

 

Gardez cepandant à l’esprit que la simplicité ne fait pas tout. La recette d’un objet parfait est complexe, composée de nombreux ingrédients mélangés en doses précises. La simplicité n’est qu’une première étape, qui permet d’obtenir une base propre sur laquelle travailler.