D’ou viennent nos idées ? Selon le célèbre écrivain Neil Gaiman, on en sait rien. On pense qu’elle sont produites la plupart du temps par notre subconscient, c’est ce qui les rend si mystérieuses pour certains. Et pourtant, il existe plusieurs méthodes très conscientes pour travailler notre créativité et générer des idées. Ce sont les méthodes d’idéations.

L’idéation est un anglicisme qui désigne le processus de création d’une idée. C’est l’ensemble des mécanismes cognitifs relatifs à la créativité. On entend par la toute les méthodes qui vont vous permettre de trouver des idées. Ces méthodes sont nombreuses :

 

  • Le brainstorming
  • le Design Thinking
  • Le Mind Mapping (technique d’associations)
  • etc.

 

Tout n’est que remix

 

La première chose à savoir avant de se lancer dans un processus d’idéation, c’est qu’une idée 100% originale n’existe pas. Rassurez-vous, il est impossible de créer quelque chose de totalement nouveau. Et c’est tant mieux ! Notre esprit a besoins de repères familiers pour apprécier un nouveau concept.

 

« Une nouvelle idée n’est, ni plus ni moins, qu’une nouvelle combinaison d’anciens éléments ».

James Webb Young

 

De même que nos rêves ne sont qu’un mélange d’expériences vécues et ressenties dans le passé, il en est de même pour nos idées. Dans les 2 cas, c’est le subconscient qui est responsable de ces mélanges la plupart du temps.

 

Selon Kirby Ferguson, un réalisateur New-Yorkais, les bases de la créativité sont la copie, la transformation et la combinaison.

 

crea
 

Ces 3 éléments sont le socle sur lequel repose tout notre processus d’idéation. La plupart des grands films d’aujourd’hui ne sont que des reprises de mythes et contes d’autrefois. La prédominance des légendes dans la pop culture contemporaine n’est pas anodine. C’est ainsi que nous fonctionnons. Nous avons besoin de nouveauté dans un référentiel familier.

 

les 4 étapes de la conception d’une idée

 

Si les idées sont produites par le subconscient, il existe néanmoins des techniques que l’on peut consciemment mettre en oeuvre pour aider le subconscient à travailler. Une de ces techniques est un cheminement de 4 phases précises à suivre. Ces 4 étapes d’idéations popularisées par Kirby Ferguson sont basées sur les travaux de James Webb Young (un des plus grand publicitaires de notre époque) sur lequel il prend exemple.

 

Ce cheminement de phases n’est seulement qu’une des différentes manières d’obtenir une idée efficace, ce n’est en aucun cas la seule existante.

 

Définir des limites

 

La première étape d’un bon processus d’idéation est la création de limites. Si vous cherchez une idée, trouvez le cadre qui appartient à votre domaine de recherche, et restez-y. Ne vous éparpillez pas sous peine de perdre du temps, et de vous éparpiller sur de mauvaises pistes.

 

« Je veux tout savoir à propos de ce thème, dans tel contexte ».

 

L’intérêt est d’acquérir la culture la plus complète possible à propos du thème que vous avez choisi. En étudiant cette culture, vous serez à même de comprendre parfaitement l’étendue de ce qui existe, de ce qui a existé, et de ce qui peu manquer, dans le domaine choisi.

Attention cependant, un cadre trop restreint est aussi nocif qu’un cadre trop large. Dans le premier cas vous n’aurez pas une vision assez large tandis que dans le second, vous risquez de vous perdre. Vous devez donc choisir avec soins vos limites, sans les restreindre ni les étendre trop.

 

Consommez autant que vous pouvez

 

Lorsque votre champs de recherche est défini, écumez-le de fond en comble. Regardez des films, lisez des livres, regardez des pièces de théâtres, écoutez de la musique, discutez avec des personnes, visitez des lieux, testez des produits, explorez des banques d’images, etc. Avalez autant d’informations que vous pouvez dans les limites que vous vous êtes fixées. Aucun média n’est à rejeter, bien au contraire.

Parfois, changer de medium permet justement de trouver quelques bonnes idées pour votre propre projet en reconsidérant votre angle de vue.

Ne confondez pas cette phase avec que l’on appelle vulgairement la veille (technologique ou concurrentielle). Un gros mot qui désigne le fait d’aller voir chez le voisin ce qui existe pour faire mieux ou différent. Il n’est pas question de se renseigner seulement sur les produits similaires, mais d’étendre votre connaissance du milieu au maximum pour sortir une idée originale et utile.

 

Digérez le tout

 

C’est la phase organisationnelle de vos recherches. Classez tous ce que vous avez trouvé. Cherchez des connexions, vous pouvez utiliser par exemple la technique du Mind Mapping pour créer des liens entre vos trouvailles et faire émerger les constantes du milieu, les « lois » qui régissent cette zone de recherche.

 

post_postitnotes_mindmap
 

 

Le Mind Mapping

Une mind map, ou Carte heuristique est un graphique représentant des idées, des tâches, des mots, des concepts, qui sont liés entre eux autour d’un sujet central.

Une mind map est une représentation non-linéaire qui permet d’organiser ses idées de façon intuitive autour d’un noyau central. L’intérêt de la mind map est de pouvoir transformer une longue liste de tâches monotones en une représentation graphique colorée et attractive, plus facilement mémorisable et proposant une organisation claire des ses idées. Le concept reprend la façon dont le cerveau fonctionne, raison pour laquelle il est très intuitif.

 

 

Le but est de pousser votre connaissance du sujet au maximum en créant une documentation exhaustive et rigoureuse afin de vous immerger totalement dans le domaine que vous avez choisi et d’en comprendre les mécanismes et fondements jusqu’à saturer votre esprit.

 

Ne quittez pas trop tôt cette phase, elle est très importante. Elle tisse la réalité sur laquelle viendront se greffer vos idées. Si vous négligez cette étape, vous n’aurez pas une vision assez claire du milieu dans lequel vous mettez les pieds.

Laissez faire le temps

 

En complétant ces 3 premières étapes, vous avez de quoi réfléchir. Il est temps de laisser agir le subconscient. Faites autre chose, prenez l’air, faites du sport, peu importe. Ce qui compte c’est de sortir de votre phase de réflexion consciente et de laisser le temps faire son travail en laissant reposer ce que vous avez assimilé.

 

jardinage
 

Après un moment, des idées vont commencer à pousser. Munissez vous d’un carnet, et notez tout ! Une fois que les idées apparaissent, elle ne viennent souvent pas seules.

 

« les idées sont comme les lapins. Il suffi d’en avoir quelqu’uns et de savoir vous en occuper, et très vite vous en avez une douzaine. » –

John Steinbeck

 

Si vous avez des problèmes pour générer vos idées, c’est probablement que vous avez été trop sévères (ou pas assez) avec vos limites durant la première étape.

 

Ces 4 étapes sont destinées à aider votre subconscient à travailler. Bien sur, il existe tout un tas d’autres méthodes pour générer des idées de manière consciente. Celle-ci n’est que l’une d’entre elles, facile à mettre en oeuvre, et très souvent efficace pour de l’idéation solo. En groupe, on préfèrera d’autres méthodes comme des brainstorming par exemple.

 

S’entrainer à rester créatif

 

La créativité est un muscle. Et comme n’importe quel muscle, il a besoin d’entrainement pour être efficace.

 

Voici quelques conseils pour rester créatif avec le temps. On l’a vu plus haut, les idées ne sont que des mélanges de nos expériences passées. En faisant de nouvelles expériences, on donne donc plus de carburant à notre cerveau pour générer des idées.

 

Et il existe beaucoup de manières de faire de nouvelles expériences :

 

  • Voyagez ;
  • Faites quelque chose de nouveau chaque semaine ;
  • Travaillez ailleurs ;
  • Prenez un itinéraire différent pour aller au boulot ;
  • Discutez avec des gens qui ne font pas le même travail que vous ;
  • etc.

 

La nouveauté en générale est bonne pour vous. Il s’agit avant tout d’être curieux et d’assimiler de la nouveauté à tour de bras.

 

curiosite
 

Changez de points de vues. En modifiant notre perception, on se rend compte des détails qu’on laisserai passer en temps normal, on voit les choses d’un oeil nouveau. Montez sur votre bureau pour voir votre environnement d’un nouvel oeil, tel mr.Keating dans le Cercle des Poètes disparus ! Ou prenez simplement des photos pour experimenter de nouvelles perceptions.

 

Parlez de ce que vous faites, expliquez les choses. Cela vous permet d’éclaircir votre esprit, et même de développer de nouvelles idées pendant que vous parlez.

 

Gardez de quoi noter vos idées sur vous. C’est une nécessité. Les idées surtout les plus anodines, peuvent se faire oublier rapidement si on ne les notent pas. Et ces surtout ces petites idées qui peuvent aboutir à de grand concepts. Vous pouvez simplement utiliser un petit carnet, ou des applications mobiles (comme Slack ou Evernote).

 

Faites du sport. Le sport est une très bonne méthode méditative, qui oxygène le cerveau et fait tourner vos méninges à pleine vitesse. Je ne compte même plus le nombre d’idées que j’ai eu, simplement en faisant de la randonnée ou en marchant jusqu’au boulot.

 

Enfin, coupez les distractions. Déconnectez-vous des réseaux. C’est une méthode simple, mais très efficace. Twitter, Facebook, c’est très bien, sauf pour la créativité. Vous avez besoin de vous ennuyer. Si vous êtes une personne très créative, c’est que vous vous êtes probablement beaucoup ennuyé étant jeune. Le cerveau a horreur du vide. Et en l’absence d’occupation, il va se mettre à travailler tout seul. A vous de le canaliser vers des reflexions intéressantes.